Nola’s news # 36

par Alain Piarou, photos : Irène Piarou

Le rendez-vous hebdomadaire est bien entendu « Jazz in the Park ». Tous les jeudis, à partir de 17h00, le Parc Louis Armstrong où il y a la fameuse place « Congo square », reçoit sur une belle scène adossée à l’auditorium (malheureusement fermé depuis Katrina), les meilleurs artistes locaux de renommée. Cela commence toujours par une « second line » derrière un Brass Band qui sillonne le magnifique parc Louis Armstrong. Après un 1er concert d’un groupe de rock, c’est au pied de la scène que le spectacle avait lieu. En effet, une quinzaine d’hommes de tous âges, déguisés en « Elvis Presley » s’étaient donnés rendez-vous pour réaliser 2 ou 3 chorégraphies sur les tubes du King.

"Elvis Brothers"

« Elvis Brothers »

Oh, ils ne se prenaient pas au sérieux mais ils s’appliquaient et même si ça n’était pas toujours au point, ils prenaient plaisir à danser et à amuser le public qui s’était agglutiné devant eux, le sourire aux lèvres et l’envie de « bouger ». Après quoi, sur la scène cette fois, c’est le James Andrews Band qui faisait son show.

James Andrews Band

James Andrews Band

James Andrews fait partie d’une autre grande famille néo-orléanaise de musiciens (Glen David, Troy « Trombone Shorty », etc …). Il est le cousin de Travis « trompet Black » Hill, décédé ces derniers jours, à l’âge de 28 ans alors qu’il était en tournée au Japon.

James Andrews

James Andrews

Pour lui rendre hommage, après avoir fait observer une minute de silence, James Andrews avait rassemblé quelques musiciens qui animaient régulièrement (tous les lundis) le club « Ooh Poo Pah Doo » (Mondays trompet summit) avec lui. Et, pas des moindres, puisqu’on y trouvait, entre autre, l’excellent guitariste June Yamaghushi

June Yamaghushi

June Yamaghushi

et un autre personnage marquant de la Nouvelle Orléans, le saxophoniste John Stubbelfield (Dirty Dozen Brass Band)

John Stubbelfield

John Stubbelfield

pour interpréter les airs de Tremé qu’il affectionnait particulièrement. James Andrews, depuis la scène suggérait quelques chorégraphies que le public appliquait bien volontiers. L’ambiance était vraiment à la fête et une « second line » s’organisait, les femmes avec leurs ombrelles et les hommes avec leurs mouchoirs blancs. Tout le monde chantait avec beaucoup de ferveur ces fameux airs de Tremé et de la Nouvelle Orléans. Et puis, la scène faisant face à la très belle statue de Satchmo, hommage lui devait d’être fait et c’est un « wonderful world » et « St James Infarmery » qu’interprétait avec brio James, au chant et à la trompette et son orchestre de rêve. Voilà donc une soirée qui commençait donc sous les meilleurs hospices.

James Andrews

James Andrews

Nola’s news # 24

Par Alain Piarou, Photos : Irène Piarou

Jazz in the Park

Jazz in the Park

Comme tous les jeudis, c’est « Jazz in the Park » qui mobilise la foule. Dans le magnifique Louis Armstrong Park, à la limite de Treme, une second line et 2 concerts y sont organisés. Comme toujours à Nola, on mange et on boit en musique, dès 5h00 de l’après-midi. Une « second line » y est organisée au pied de la scène et les gens suivent, mouchoirs blancs à la main ou ombrelle, le marching band qui sillonne le park pour faire une halte devant la splendide statue du king, Louis Armstrong.

Second line

Second line

L’ambiance y est familiale et les gens sont là pour faire la fête et « laisser les bon temps rouler ».

Jazz in the park

Jazz in the park

Et, ce soir, après un groupe de rock, c’est la star Rockin Dopsie qui anime la scène. Et de quelle façon … car, avec lui, c’est toujours un spectacle de qualité, de danse, de musique zydeco et de fête.

Rockin Dopsie Jr

Rockin Dopsie Jr

Rockin Dopsie commence son show très attendu par 2 titres rock’n roll pour chauffer le public. Il faisait un hommage à James Brown, Michael Jackson et le dernier disparu, Percy Sledge. Il réalisait quelques pas de danse très spectaculaires qui faisait réagir le public.

Rockin Dopsie Jr

Rockin Dopsie Jr

Après quoi, il se lançait dans son répertoire zydeco pour le plus grand plaisir des spectateurs et Rockin Dopsie multipliait les grands écarts et les pas de danse.

Rockin Dopsie Jr

Rockin Dopsie Jr

Il jouait de son rupboard (washboard que l’on met sur les épaules et avec lequel on utilise des cuillères au lieu de dés sur le washboard qui est à plat). L’accordéon est aussi très présent et le public s’en donne à coeur joie.

Zydeco

Zydeco

Rockin Dopsie Jr fait chanter et danser la foule et la fête bat son plein sous le soleil et les odeurs de crawfish et de saucisses BBQ et les cocktails ne sont pas faits pour éteindre le feu.

Rockin Dopsie Jr

Rockin Dopsie Jr

C’est un bon début de soirée. Beaucoup de sollicitations pour la deuxième partie. On en reparle.

Nola’s news # 17

Par Alain Piarou, Photos : Irène Piarou

Battle of N.O. by Nocca Big Band

Battle of N.O. by Nocca Big Band

Le musée « U.S. Mint Theater » fêtait aujourd’hui la bataille de New Orleans (janvier 1815) et pour ce faire, il invitait le Big Band de la fameuse high school « Nocca ». 20 jeunes musiciens, de 14 à 16 ans, tous étudiants à Nocca se retrouvaient autour des compositions, pour l’occasion, et la direction de Michael Rihner, pour interpréter une suite d’une dizaine de pièces sur le thème de cette fameuse bataille, de l’appel aux armes à la célébration de la  victoire finale, face aux Anglais. La salle était pleine (150 personnes) et l’ambiance à son comble pour soutenir ces jeunes musiciens, stars de demain, du moins, la relève, comme je le disais à Khari Allen Lee, excellent saxophoniste et  professeur de cette célèbre école et lui conseillant de garder le cap car les jeunes poussaient fort. Bref, 1h30 de musique de jazz en Big Band évoquant l’événement. On ne pouvait faire mieux pour commencer l’après-midi.

Nocca Big Band

Nocca Big Band

Après-midi qui ne faisait que commencer car, c’est à « l’Armstrong Park » qu’elle devait se poursuivre avec son festival qui réunit, tous les jeudis, sur « Congo Square » les représentants locaux du jazz et du funk néo-orléanais. A new Orleans, tout commence par une parade.

Parade à "Jazz in the Park" Parc Louis Armstrong

Parade à « Jazz in the Park » Parc Louis Armstrong

Et ce soir, c’est un des musiciens des plus représentatifs de Nola qui se produisait devant un parterre  gavé de monde. Les odeurs de jambalaya, de pork shop et de crawfish venaient se mêler aux sons typiquement locaux. Kermit Ruffins, superbe trompettiste, chanteur et showman évoluait sur cette magnifique scène, face à la statut de King Louis (Armonstrong, bien sûr).  Les tubes s’enchaînaient et tout le monde dansait et reprenait les refrains des célèbres airs de Treme et des chansons contant les louanges de New Orleans.

Kermit Ruffins

Kermit Ruffins

Non seulement il faisait danser les gens mais il leur faisait reprendre, en coeur, quelques refrains ou mélodies des célèbres chansons de King Louis, des thèmes de Treme ou de ses propres compositions que tout les néo-orléanais connaissent bien. Les jeudis du Parc Louis Armstrong sont toujours pleins de promesses, de partage, de bonne humeur et de bonne musique.

Kermit Ruffins

Kermit Ruffins

Et, c’est avec beaucoup d’humour, car c’est un bon vivant à qui la devise « laissez les bons temps rouler » veut dire quelque chose, que nous devions mettre fin à cette après-midi de musique. Pour autant, le spectacle n’était pas terminé puisqu’à la suite, venaient les Soul Rebells. Mais, ce sera pour une autre fois.

Kermit Ruffins

Kermit Ruffins