Christophe Dal Sasso/Sylvain Ghio : DaoElectro

Texte et photos Philippe Desmond.

Le Comptoir Ephémère, Bordeaux, jeudi 5 octobre 2017. 

Ce qui est intéressant dans la musique et notamment dans le jazz c’est que rien n’est jamais figé, il reste toujours des pistes à explorer ce dont certains ne se privent pas. Christophe Dal Sasso en fait partie, toujours une idée nouvelle en tête. Après son adaptation en big band de « A Love Supreme » de John Coltrane vue au Rocher de Palmer (voir Blog Bleu du 29 mars 2015, lien en fin d’article) il a créé et composé le projet « Les Nébuleuses » en associant un trio à cordes à un quintet de jazz. Pourquoi pas.

DSC01523

Ce soir, avec son compère lui aussi varois, le batteur, au physique de 2ème ligne, Sylvain Ghio (prononcer Guio), il va nous faire voyager dans le cosmos avec son tout nouveau projet « DaoElectro ». Dans le Comptoir Ephémère pas beaucoup de voyageurs courageux pour embarquer dans le vaisseau alors qu’ils étaient si nombreux la veille pour parcourir le monde avec Ceïba… Les absents, comme souvent, ont eu tort. Il est vrai que le jeudi soir ça joue partout.

DSC01542

Pour cette soirée le duo a invité Laurent Agnès – Julien Alour normalement – bien connu dans nos contrées et désormais trompettiste de Post Image ; entre autres. Laurent découvre la musique et joue en lisant quasiment sans répétition, une prouesse.

DSC01548

Comme son nom l’indique le projet repose beaucoup sur des machines électroniques, claviers, pads, pédales d’effets, tout ce que la technique offre maintenant ; sacrilège ? Non, Bach et Mozart ou Jelly Roll Morton joueraient probablement du synthé maintenant et ajouteraient des loops à leur musique.

Pour autant ce que j’ai trouvé central dans cette musique c’est le rôle du batteur, lui seul jouant avec un son naturel. Tout tourne autour d’une rythmique nerveuse, répétitive, allant jusqu’à la transe. Les nappes électros proposées par Christophe Dal Sasso contrebalancent une énergie de percussion inouïe, la trompette de Laurent et les flûtes venant poser des mélodies ou des diversions sur cet ensemble. Parfois à la limite du free, souvent dans des développements mélodieux et toujours cette rythmique enivrante. Musique electro mais sans cette froideur souvent présente.

DSC01540

Le drumming à la fois lourd et fin de Sylvain Ghio rappelle celui d’Elvin Jones – tiens revoilà Coltrane – il joue du tambour, très souvent avec les mailloches qu’il utilise un peu à contre-emploi percutant ses peaux et les cymbales sauvagement avec ;  il faut voir dans quel état elles finissent, totalement échevelées.

DSC01526

Le premier morceau à ce titre a été édifiant, il relatait le décollage de la fusée vers le cosmos, une explosion d’énergie, un orage de percussions.

Trompette souvent en sourdine aiguë, parfois avec des effets surprenants, les flûtes variées, traversière, de Chine, de Lettonie, gardant elles leurs sons naturels Christophe, très affairé, en jouant avec toujours un œil et un doigt sur ses machines pour en gérer les effets insolites, tantôt planants, tantôt violents.

DSC01545

DSC01546

Belle interaction entre les musiciens, Sylvain Ghio quand il n’a pas décollé pris par sa musique, fixant Christophe pour capter les infos. Bravo encore à Laurent Agnès qui a su entrer si vite dans ces compositions d’avant-garde.

DSC01539

« Light Star », « New Star », « Planète Rouge »… nous sommes bien dans un autre univers. Vers la fin on vient se poser du côté de la Bretagne paraît-il avec un titre en forme de ronde dont la mélodie vous reste en tête ; c’est cela que j’ai aimé, ces audaces qui n’oublient pas la musique, ces expérimentations qui restent accessibles.

DSC01552

Rien d’étonnant, Christophe Dal Sasso est un excellent arrangeur il a d’ailleurs électronisé le « Juba Juba » de Yusef Lateef – avec qui il a eu le bonheur de  jouer nous précise-t-il – Sylvain y martyrisant ses mailloches et le tom basse de la batterie prêtée par  Philippe Gaubert ; elle a tenu. Elle a tenu même après un extraordinaire solo hors sol – normal on est dans l’espace – où un Sylvain totalement habité a confirmé son talent reconnu pas les nombreux grands jazzmen avec qui il a collaboré. Epoustouflant.

DSC01556

Une belle découverte que ce DaoElectro qui nous fait sortir des sentiers battus sans pour autant la crainte de se perdre.

https://www.facebook.com/DaoElectro-1693934134238155/

https://actionjazz.fr/blog/le-big-bang-du-dal-sasso-belmondo-big-band/

 

 

Le big bang du Dal Sasso Belmondo Big Band

Par Philippe Desmond, photos Alain Pelletier

©AP_sasso-belmondo-5857

« A Love Supreme » est une œuvre mythique. Cette longue suite créée par John Coltrane en 1964, plus de 50 ans déjà,  constitue le sommet de son art. Composée à l’époque pour un quartet (Trane, McCoy Tyner, Elvin Jones et Jimmy Garrison) le projet de la jouer en big band constituait donc une réelle aventure. Financé par souscription son aboutissement a eu lieu en 2014 avec la sortie de l’album.

Hier soir au Rocher le nombreux public a donc eu la chance de voir et d’entendre la restitution de ce pari audacieux. Quatorze musiciens (voir line up en fin d’article) soit dix cuivres autour d’un trio piano, contrebasse, batterie, Christophe Dal Sasso complétant la formation aux flûtes et aux bruitages. Dès l’intro le ton est donné, nous aurons droit non pas à un sax leader mais à trois : Lionel Belmondo exubérant et chaleureux, David el Malek élégant et l’homme à la casquette rouge François Théberge, plein de fantaisie aussi bien dans le jeu que dans l’attitude ; entre ses interventions il quitte son pupitre et se promène sur scène discutant avec ses collègues ! Mais surtout des très bons qui ne font pas acte de sacrilège au Maître. Les arrangements de Dal Sasso pour cette œuvre complexe et tortueuse vont s’avérer d’une grande richesse et d’une réelle variété.

Soudain après une longue intro foisonnante la contrebasse de Sylvain Romano entonne les quatre notes célèbres du thème « Aknowledgement » _ il y a quelques années ici même John McLaughlin avait conclu magnifiquement son concert avec ce thème – et les répète à l’envi, l’orchestre arrive progressivement, c’est magique. Belmondo va prendre un chorus fiévreux, la transe monte. Au cœur de celle-ci le drumming de Dré Pallemaerts qui fait honneur au jeu d’Elvin Jones.

Les moments de transe et d’explosions vont alterner avec les passages plus recueillis, les moments de grâce dans lesquels on voit les musiciens s’écouter, les yeux fermés, pris sous leur propre charme. Pour autant l’ambiance sur la scène est détendue, Lionel Belmondo est un sacré personnage plein de naturel et d’humour.

L’esprit de Coltrane est là, son œuvre est plus que respectée, elle est magnifiée. On aura même droit à des battles de sax à deux, à trois, des superbes chorus de trompette de Julien Alour, de trombone et même de l’énorme tuba, une prouesse de Bastien Stil. Un moment les cuivres s’effacent pour laisser s’exprimer le trio rythmique et le remarquable pianiste. Vraiment quelle qualité d’arrangements !

Peut-être que certains dans la salle attirés par le mot Big Band et croyant entendre du Glenn Miller sont surpris, ils ne pourront qu’être séduits.

L’œuvre s’achève la magie a opéré, la scène est recouverte d’une épaisse couche de notes, le public est presque assommé, groggy par tant de ferveur, d’émotion, de sauvagerie et de sensibilité.

La chaleur et l’humour de Lionel Belmondo vont faire redescendre tout le monde sur terre ; avant qu’on ne le lui réclame, il nous propose le rappel « non pour votre plaisir mais pour répéter, car la semaine prochaine  l’orchestre entre en studio » et en plus « on les attend au Plana ».  Il plaisante bien sûr ; pas pour le Plana. Un dernier titre de Coltrane « One Down, One Up » enflamme la salle, ovation.

Soirée d’exception d’autant plus qu’elle avait commencé en beauté avec Serge Moulinier (p) en trio avec Christophe Jodin (b) et Didier Ottaviani (dr). Un set superbe mélodieux fait de finesse et de délicatesse, reprenant le répertoire du dernier album du trio « Tyamosé Circle ».  Rien d’étonnant quand on connaît la classe des musiciens. Un triangle bien carré oserais-je dire…

Pour finir un grand merci à Patrick Duval et à son équipe de Musiques de Nuit Diffusion qui vraiment nous gâtent avec cette programmation 2015.

Lionel Belmondo saxophone ténor

Christophe Dal Sasso flûtes, bruitage

Dominique Mandin saxophone alto

François Théberge saxophone ténor

David El Malek saxophone ténor

Julien Alour trompette, bugle

Éric Poirier trompette, bugle

David Dupuis trompette

Bastien Ballaz trombone

Jerry Edwards trombone

Bastien Stil tuba

Laurent Fickelson piano

Sylvain Romano contrebasse

Dré Pallemaerts batterie

©AP_sasso-belmondo-5937 ©AP_sasso-belmondo-5977 ©AP_sasso-belmondo-5859