Chroniques Marciennes 3.13

Chapiteau de Marciac le 5 août 2017, Chronique de Fatiha Berrak, photos de Thierry Dubuc

 

Carte Blanche à Henri Texier

 

Henri Texier : contrebasse

Airelle Besson : trompette

Sébastien Texier : saxos

François Corneloup : saxo baryton

Jocelyn Mienniel : flûte

Manu Codjia : guitare

Louis Moutin : batterie

Manu Katché : batterie

Henri Texier est le grand chef autour duquel se tient une belle assemblée. La « French All Stars », où chacun apporte l’élément essentiel de sa touche personnelle. Sur une trame musicale tissée tout au long de cette soirée, tel un bijou orchestral, incrusté de perles auditives. Nous sommes dans le registre d’un hommage dédié aux peuples des grandes plaines et des grands espaces amérindiens. Notamment avec un très beau titre parmi d’autres, « Sand Woman ». Les Sioux, les Comanches sont évoqués.

Manu Katché est l’invité spécial d’Henri Texier, il se tient sur sa monture or et feu qu’il cingle de ses houssines de maestro. Du Solo aux duos éclatants avec son compagnon de chevauchée Louis Moutin.

Airelle Besson, François Corneloup et Sébastien Texier, cuivrent et colorent le paysage sauvage et gracieux sur un nuancé de vert et de bleu. Manu Codjia illumine le ciel aux rayons de sa guitare

et la flûte de Jocelyn Mienniel, élève le chant des oiseaux et leur attribue des ailes, comme autant de messages au-dessus des nuages …

Il y a aussi cet hommage dédié à un ami disparu avec le titre « Sunshine ». Si vous avez manqué ce voyage, dites-vous qu’il était quasi chamanique.

Alors que Henri Texier décoche les plus belles flèches de son carquois, Manu Katché et Manu Codjia font résonner sur terre, la ruée de sabots de bisons encore libres en ces lieux. Ils sont conduits par les parfums du printemps, puis de toutes les saisons qui se jouent dans la joie aux confins de ces plaines encore vierges de la moindre idée, celle qui sème convoitise et haine, ici comme ailleurs. Que cessent les pleurs afin qu’éclosent toutes fleurs.

Sylvain Rifflet – Le chevalier Carmin

Par Fatiha Berrak, photos Thierry Dubuc

Salle Paul Dambier à Champniers en Charente, dans la cadre du festival Jazz à Saint Sat’, le samedi 14 janvier 2017

Electric Boots

Julien Bouyssou – orgue

Charlie Dufau – guitare

Julien Lavie – batterie

TDBH1573-Modifier

La première partie de soirée est assurée par le groupe ‘’Electric Boots’’ lauréat du tremplin Action Jazz 2015  – Bordeaux. Il nous a accueillis avec son ambiance surchauffée et souriante …

Toute la salle roulait des épaules, secouait la tête et frappait des pieds, le trio nous a gratifiés d’une dizaine de titres endiablés et pétillants, passant du groove au rock, du blues au swing, un réel cocktail tonique pour finir par ‘’St James infirmary’’ une ballade renversante, version Baby Face Willette

Sylvain Rifflet

Sylvain Rifflet – sax ténor

Jocelyn Mienniel – flûte

Philippe Giordani – guitare

Nicolas Larmignat – percussions

TDBH1610-Modifier

Après sept ans d’étude au piano, Sylvain Rifflet découvre au cinéma le film ‘’Bird’’ de Clint Eastwood, qui retrace la vie de Charlie Parker, c’est à ce moment là que son orientation instrumentale pour le saxophone commence.

Parallèlement le jeune homme joue également de la clarinette au sein de plusieurs orchestres puis entre au conservatoire. Diplômé du conservatoire national de musique de Paris. Il obtient le premier prix de groupe au concours national de la Défense et le Django d’or du nouveau talent.

À ses 18 ans il débute sa carrière de musicien et accompagne soit au sax ténor soit à la clarinette les artistes tels que Riccardo Del Fra, François Jeanneau et Michel Portal entre autres.

TDBH1670-Modifier

Empreint d’horizons divers il va co-diriger plusieurs projets. Baigné de jazz et de pop-rock, il affectionne particulièrement les ostinatos, ses portes sont ouvertes pour laisser se renouveler un air venu de l’univers libre qu’est l’imaginaire et qu’il partage en esprit, un peu fusionnel avec les membres de son groupe.

Le parisien Sylvain Rifflet compose aussi pour le cinéma, il est influencé par les compositeurs contemporains américains comme Steve Reich, Philip Glass, Terry Riley, ou Moondog entre autres.

TDBH1638-Modifier

Ce soir, dès les premières lueurs de notes, la flûte nous survole et nous trouve très vite, nous happe pour nous hisser ailleurs. Elle nous sème parfois à volonté juste pour s’amuser, puis nous rattrape puisqu’elle nous aime et nous le dit sans cesse. Nous voilà tous enivrés, sobres et charmés par ses volutes riches et colorées d’une flûte qui se joue et imite tantôt le son des maracas, de la cora, du hang tantôt le trot et le galop de quelques fabuleux équidés chimériques joyeux. A présent, nous sommes tous captifs volontaires de ses griffes sonores, alors le cours de la soirée peut s’écouler.

TDBH1657-Modifier

Lorsque soudain à l’allure d’une gravure de mode ou d’un héros droit sorti de son livre d’aventure, le saxo déchire tranquillement la toile pour venir assurément nous couvrir de poussière d’or, ce sortilége qui nous gagne et nous allège au-delà des cascades et des tumultes en flots, des rythmes qui abondent vers nous, qui sommes à présent devenus surfeurs sur notre vague géante, crinières en mains sur nos chevaux, hors du temps et de l’espace, pour découvrir les merveilles en bravant les sommets et vertiges. Nous sommes colombes et aigles, nous sommes embruns de notes au firmament !

TDBH1737-Modifier

Discographie :

2007 – Rocking Chair avec la trompettiste Airelle Besson

2012 – Beaux-arts

2014 – Alphabet,

2014 – Perpetual Motion,

2015 – L’encodeur,

2015 – Mechanics, sacré ‘’Meilleur album’’ aux victoires du jazz en 2016.

sylvainrifflet.com

Toutes les photos sur : http://thierrydubucphotographe.zenfolio.com/f565889534