Ronnie chez les Maquiz’Arts

Ronnie Lynn Patterson trio à Eymet chez les Maquiz’Arts

Par Fatiha Berrak, photos Thierry Dubuc

Le 11 mars 2017, au château d’Eymet

Ronnie Lynn Patterson, piano

Darryl Hall, contrebasse

Pierre Thibaud, batterie

Quel plaisir de se trouver ici ce soir dans ce havre de paix niché en Dordogne dans le Périgord pourpre. La ville est limitrophe au département du Lot et Garonne à quelques lieues de la Gironde. C’est dans cette charmante bastide et plus précisément dans une petite salle du château d’Eymet où des mélomanes des trois départements confondus sont présents pour ce concert intimiste qui nous ouvre les bras dans un enthousiasme général.

Laurent Pasquon, maître de cérémonie nous présente Boby un riverain et guitariste anglais qui va ouvrir la soirée avec ses interprétations improvisées. En effet c’est une très belle surprise qui capte  notre attention avec ses mélodies aux inspirations voyageuses et pittoresques où l’humain dépeint son lien indispensable dans une nature qui l’est tout autant. Sur sa guitare, Boby nous brode avec passion des lumières changeantes et à la fois constantes de la vie, dans un moment léger et plein de fraicheur. Le public est ravi et lui soutient la claque.

Il est environ 20h45 lorsque le trio fait son entrée dans une ambiance amicale, complice et détendue. Chacun gagne sa place respective sur la petite scène. La salle est bondée et chaleureuse. D’entrée de jeu, Ronnie Lynn Patterson, nous annonce que la trame de la soirée sera tissée sur le thème des grands standards américains et caribéens jusqu’aux antipodes avec cette escale spéciale au pays Basque, dont il nous chantera l’hymne « Hegoak » où il est question d’amour, de respect, de liberté ainsi que d’essence vitale. Oui l’essentiel est bien là ce soir pour nous combler.

Le pianiste laisse courir ses mains sur les touches du piano pour en faire jaillir le ruissellement d’une eau vagabonde, aventureuse et désaltérante, dont la générosité ira tout au long de la soirée à travers des territoires où les nuages se font de plus en plus rares et l’air de plus en plus chaud, sans jamais nous brûler même sur les plages de Cuba !

Le contrebassiste, Darryl Hall, tour à tour passe d’un jeu lent voire nonchalant à celui plein d’énergie et d’agilité spectaculaire mais toujours avec élégance et sourires rayonnants. Ronnie Lynn Patterson chante, fredonne, scate et communique avec son public en ‘’jonglant’’ aisément entre l’anglais et le français en passant de espagnol à la langue basque avec cette décontraction toute naturelle et humble.

Pierre Thibaud, avec ses baguettes magiques ponctue et souligne finement chaque moment à l’aide de petits instruments qui teintent son geste comme l’on parfume un délicieux mets …

Il y a aussi la toute dernière partie, cet espace qui se situe entre terre et ciel, entre deux mondes et qui ne cède place qu’à soi et soi … Un sentier secret qui nous invite et nous révèle l’éclosion d’un nouveau jour et la floraison de son soleil … Dans cette espace presque introspectif qui se meut vers une autre harmonie pour déployer son bonheur pudique et vraie, un bonheur partagé qui plane et impulse deux élans de sérénité, comme une promesse réalisée, entre deux rives et sur un pont, qui nous dirait « il y a longtemps que j’attends ton arrivée »

Quelques titres parmi tant d’autres :

Dear old Stockholm (Miles Davis)

Breezin’ (George Benson)

All Blues (Miles Davis)

 

Paolo Fresu Devil Quartet- Le Off d’ Eymet samedi 09/04/2016

Par Dom Imonk, photos : Joel Delayre

Paolo Fresu

Paolo Fresu

Blottie aux portes du Périgord, Eymet est une charmante petite ville, dont le cœur s’enflamme chaque année pour le jazz, de l’automne au printemps. Ainsi, ce samedi, on vivait le concert de clôture de la 10° édition de ses « Off », amoureusement concoctés par l’association Maquiz’Art  que dirige avec passion Laurent Pasquon, un fou de musique, tout comme sa douce épouse Suzanne, et une solide équipe de bénévoles dont on salue aussi l’engagement. L’éclectisme de la programmation, ouverte à l’international, explique le succès de ces soirées. Jugez plutôt la richesse de cette dernière édition: Mowgli et Sabbagh/Humair/Monder en Octobre 2015, The Boss City et Meta en Novembre et Samy Thiébault en Décembre ; puis 2016 démarre avec B2Bill et Elvin P-Leez en Janvier, suivis de Gregory Privat/Sony Troupé et Yoann Loustalot en Février et de Portal/Peirani/Parisien et Panam Panic en Mars. C’est le grand retour du trompettiste bugliste Paolo Fresu, qui était déjà venu au « Off » avec son ami Omar Sosa, pour un magnifique concert en Octobre 2012. Ce soir c’est au tour du Devil Quartet d’embraser une salle toute neuve, au design et à l’acoustique parfaits. Le public est nombreux et c’est un vrai plaisir que d’y retrouver Suzanne et Laurent, ainsi que les amis de Bordeaux, Marc, Annie, Martine et Jean, et quelques autres têtes connues.

Le Devil Quartet est une formation qui délivre un jazz moderne et raffiné, plutôt groove et pêchu, ce qui n’exclut pas la finesse et la tendresse par moment. En plus d’être un musicien et compositeur réputé, Paolo Fresu est un humaniste clairvoyant, qui sait s’associer avec des personnalités qui le sont tout autant. On trouve ainsi à ses côtés de grands acteurs de la scène italienne: Bebo Ferra (guitare, effets), Paolino Dalla Porta (contrebasse) et Stefano Bagnoli (batterie). Le Devil Quartet a actuellement deux albums : « Stanley music ! »  (Emi/Blue Note 2007) et « Desertico » (Bonsaï Music/ Tuk records 2013) qui sera principalement joué ce soir, mais Paolo nous a confié qu’un troisième disque était en préparation.

Voilà que les lumières s’éteignent, le groupe arrive fringant, et le concert débute par « Ambre », balade gorgée d’un feeling nostalgique, qui nous séduit d’entrée par sa douceur, guitare cristal, basse féline et un Paolo Fresu impressionnant, dont le final le voit tenir la note à l’infini par respiration circulaire, soutenu par les samples magiques du guitariste. C’est un « Moto perpetuo » (Stanley Music !) up tempo qui prend la suite, morceau écrit pour un documentaire sur la Palestine. Les sonorités liquides de Bebo Ferra lui vont à ravir, on pense au Scofield de Decoy (Miles). Paolo ensorcelle les sons d’electro, qu’il diffuse en éclairs précis, alors que basse et batterie poussent le tout en sautillant, Stefano Bagnoli finira même en claquant simplement des doigts. Du grand art que l’on retrouve aussi dans le très beau « La follia Italiana » qui suit. Paolo Fresu est aussi un conteur de l’intime. Tout le monde était pendu à ses lèvres quand il a raconté l’histoire de l’hôtel  Universo (« hôtel de charme » dixit Paolo) à Lucca, ville au sud de Florence, où il devait jouer, et de la « chambre n°13 » qu’aurait jadis occupé Chet Baker, dont une photo trônait derrière le lit. Tout ceci dit avec humour et respect, pour annoncer « Blame it on my youth », reprise en son temps par Chet, vibrant hommage, la trompette sourdine nous tire les larmes, tandis que Bebo Ferra et Paolino Dalla Porta nous enchantent de deux somptueux chorus. « Desertico » – à moins qu’il ne s’agisse plutôt d’un medley « Desertico/Voci Oltre » – est l’un des rendez-vous majeurs de cette soirée. L’un des morceaux où le trompettiste s’adresse « spirituellement » à la fois à Miles Davis et à Jon Hassell, ses maîtres avoués. Tout y est, c’est magique. Tempo soutenu, tantôt une electro discrète à la Jon Hassell au début, tantôt des fulgurances à la Miles. Contrebasse et batterie sont les redoutables alliées d’une rythmique groove façon 70s, sur laquelle Bebo Ferra dépose des chorus princiers tatoués de samples fouillés. A un moment, on croit même détecter une allusion furtive au « My Man’s gone now » version We Want Miles. C’est fou ! Mais ça ne va pas se calmer car un « (I can’t get no) satisfaction » de braise va nous clouer au sol en fin de set.

Un premier rappel nourri par l’amour révèlera encore la belle âme de Paolo et de ses hommes. « Ninna Nanna per Andrea » hommage aux papas du groupe,  et à Suzanne, puis « Inno alla vita », dédié aux enfants migrants et à ceux d’Haïti pour laquelle Paolo Fresu s’est engagé et dont il est récemment revenu bouleversé. C’est un superbe « Bye bye blackbird » qui clôt cette très belle soirée, la précise sourdine et les silences de notre trompettiste mènent ce groupe d’exception vers la coda, en forme de berceuse. Les « Off » reviennent dans six mois, et Paolo Fresu a son festival « Time In Jazz » à Berchidda (Sardaigne) début Août, surveillons-les de très près. Un grand merci aux « Off » d’Eymet et aux musiciens, et disons tous en cœur « We want Devil Quartet ! », « We want Paolo ! ».

 

Le Devil Quartet

Le Devil Quartet

Paolo Fresu

Time in Jazz

Maquiz’Art

La Gazette Bleue N°8 vient juste de sortir !

Meilleurs vœux à tous ! Voici la Gazette Bleue N° 8 ! Beaucoup de chroniques de disques (pour les étrennes de vos proches et amis!), des interviews, des articles et l’agenda des concerts.

Bonnes lectures !

La Rédaction

En voici l’accès au format PDF :

GazetteBleue_08_jan COUV 615