Du pain et du jazz

par Philippe Desmond.

?

?

Allez donc trouver une boulangerie un dimanche soir au mois d’août à Bordeaux ! Allez donc trouver un concert de jazz aussi ! Encore que le Molly Malone’s ait repris ses sessions de fin d’après-midi, je viens d’y passer un moment avec les Sophisticated Ladies déjà chroniquées sur ce blog.

Et bien à Action Jazz on a trouvé ! Un concert de jazz dans la boulangerie-pâtisserie Pomponette, rue Répond. Et si nous n’avons vu ni la chatte ni la femme du boulanger c’est avec plaisir que nous avons retrouvé la chanteuse Marie Carrié invitée par le trio du pianiste Jean-Marc Montaut. Yann Pénichou à la guitare et Nolwenn Leizour à la contrebasse ; curieusement personne aux baguettes… Jean-Marc habite le quartier et avec Guillaume son boulanger ils ont eu l’idée de créer cet événement dans ce lieu inhabituel pour un concert. Un lieu où les pains ne sont pas des fausses notes et où les fours créent des succès.

20160828_204011

Quand j’arrive le public est déjà sous le charme de Marie Carrié, la peau dorée comme un croissant, et toujours aussi juste au chant. Ce public pour la plupart il vient du voisinage. Sur la vitrine l’affiche du concert précisait d’ailleurs d’amener de quoi s’asseoir et certains y ont pensé ; tabourets et carrément les chaises du salon pour un petit groupe.

?

Des passants, à pied ou à vélo, font une halte musicale qui pour beaucoup va s’avérer aussi gourmande. La boulangerie est en effet ouverte, du salé, du sucré et même quelques bulles bien fraîches servies dans des flûtes, en verre celle-ci.

20160828_195553

La scène est assez insolite que de voir une bonne trentaine de personnes, le visage souriant, visiblement heureuses, s’approprier ce coin de trottoir pour s’y inventer un moment de bonheur impromptu.Car en plus la qualité musicale est là. Si nous nous connaissons les musiciens et leur valeur, ce n’est pas le cas de la plupart des gens qui s’étonnent même de se voir offrir un tel récital.

?

?

Un répertoire de standards bien sûr, très facile d’accès, allant d’Antonio Carlos Jobim à Duke Ellington en passant par Franck Sinatra. Jean-Marc Montaut au piano – électrique, pas à gaz – et Yann Pénichou à la guitare dialoguent ainsi avec Marie, Jean-Marc agrémentant parfois joliment son jeu en sifflant. Nolwenn appelée à la rescousse à peine une heure avent le concert, suite à un empêchement de Laurent Vanhée, fait plus qu’assurer et elle est ravie de cette nouvelle expérience.

20160828_212842

Le jour décroissant, c’est au light-show tricolore des feux de circulation que le concert se colore. Les gens sont restés, d’autres sont arrivés attirés par la musique, la soirée est encore chaude, adoucie par la musique. Un très joli moment, du pain béni.


			

Bossa, jazz, blues et balles jaunes…

par Philippe Desmond, photos Thierry Dubuc.

Quand on a plusieurs passions le fait de pouvoir les associer est un moment de bonheur. C’était le cas pour moi samedi soir, le club de tennis dont je suis dirigeant accueillant trois groupes de musiciens à l’occasion de la fête de la Musique d’Artigues-près-Bordeaux. Depuis très longtemps la commune organise cette manifestation le samedi le plus proche de la date officielle, celle de l’été et le club-house reçoit les formations plus acoustiques, loin de la grande scène très sonorisée du centre.

Trois groupes donc au programme mais d’abord plus de deux heures de prestation des élèves de l’école de musique municipale. Des débutants aux plus confirmés, des enfants aux adultes, des solistes à l’orchestre symphonique ou presque, du classique au blues en passant par du jazz et de la pop des dizaines de musiciens en devenir ont ainsi pu se produire sur la terrasse, la météo ayant subitement décidé de devenir agréable. Grande activité dans cette école et un beau mélange de générations et de styles.

Jazz Affair trio

13466156_521797194686109_1822315794068622443_n

Sous ce nom se cachent trois musiciens dont deux sont bien connus chez nous. Au chant la merveilleuse Marie Carrié toujours aussi gracieuse et délicate dans ses prestations.

13434836_521797294686099_3620313724605056711_n

A la guitare un maître du genre Yann Pénichou, son flegme et son talent.

13423775_521797351352760_1326067118914667284_n

Mais il y a une surprise en la personne du saxophoniste Renato d’Aiello Italien exilé à Londres, pilier du Ronnie Scott’s, la Mecque du jazz dans la capitale anglaise. Ami des deux précédents il est en France pour quelque temps et va ainsi nous faire profiter de son sax tenor qu’il maîtrise à merveille. Quel dommage que le public ne réalise pas la chance qu’il a d’avoir de tels musiciens pour lui, plus occupé à se restaurer ou se désaltérer…

13418821_521797161352779_7539187014173958939_n

Au programme des standards et de la Bossa Nova. Devant nous Stan Getz et João et Astrud Gilberto (en beaucoup moins monocorde!) pour notamment Corcovado et Samba de Una Nota. Beau duo de chants sur cette dernière merveille, Renato secondant Marie de sa belle voix grave susurrée. On connaît les qualités de guitariste de Yann, son sens de la mélodie et son élégance, on découvre le velouté au sax ténor de Renato d’Aiello. Un merveilleux moment – trop court, la programmation étant dense – pour démarrer cette belle soirée. Le trio joue pas mal dans le coin ces temps ci, profitez en.

Bordario

13428616_521889801343515_9193471181160526761_n

Tout autre style que ce trio, un cocktail de blues, de country, de jazz et de swing manouche ! Rien moins. Baptiste Dupeyron (g, ch, cb) Axel Delanis (harmo, g, ch), Boris Vaché (cb, g, ch) vont en trois mesures captiver le public enfin rassasié et désaltéré – ça c’est moins sûr – de leur prestation dynamique et enjouée. Trois excellents musiciens, polyvalents, Boris et Baptiste s’échangeant contrebasse et guitares capables à la fois de mettre de l’ambiance tout en produisant une qualité musicale de haut niveau. A la guitare ou à l’harmonica la maîtrise est là et au chant ça passe très bien aussi. Chaude ambiance nécessaire car la fraîcheur tombe sur la terrasse du club-house. D’ailleurs le dernier groupe va jouer à l’intérieur.

John Perkins Group

13427729_1199652016752440_8465759848077017079_n

On ne présente plus ces deux musiciens déjà chroniqués dans ce blog, rappelons simplement qu’après une parenthèse de plus de quarante ans, John Perkins (g, ch) et Dany Ducasse (g, harmo) ont décidé de rejouer ensemble l’année dernière! En prélude est invitée une toute jeune chanteuse, Oriane Fradet, quasi-débutante mais prometteuse pour un titre d’Amy Winehouse. Sympas les anciens !

13466012_1199651956752446_9004531682190666425_n

Le répertoire, du blues rock avec quelques reprises, de moins en moins, et des compositions originales, de plus en plus. Toujours cette belle atmosphère dégagée par les deux guitaristes, pleine d’émotion, de nostalgie, de voyages, avec des sons de guitares profonds et harmonieux ; ah la 12 cordes ! Plus de deux heures de concert – eh oui ils jouaient en dernier et en ont bien profité et nous aussi donc – devant un public nombreux – c’était plein – et sous le charme qui ne voulait pas les laisser partir !

Il est bien plus qu’Around Midnight et le club-house est noyé de notes depuis près de sept heures ! Alors il est temps, comme tout bénévole dans ce type d’événement, de tout remettre en ordre ! Une belle soirée, loin du foot.

La Gazette Bleue N° 16 vient de sortir ! Spécial Olivier Gatto & more

Hello à tous ! Voici la Gazette Bleue N° 16 Mai 2016!

SIGNATURE WEB

Special Olivier Gatto, mais aussi Omar Sosa et Jacques Schwarz-Bart, John Hollenbeck et le Big Band du Conservatoire de Bordeaux Jacques Thibaud – Officiel, Marie Carrié et Sébastien Iep Arruti. Beaucoup de chroniques, plus vos rubriques habituelles. Merci à toute l’équipe, ainsi qu’aux amis, artistes et partenaires, et à vous chers lecteurs ! Et n’oubliez pas le précieux agenda en fin de Gazette, en pistant bien les pages festivals qui arrivent à grands pas !

 

Bonnes lectures !

GazetteBleue_N°16_Mai2016-1

Marie Carrié quartet au Phare Jazz Club de Capbreton

Vendredi 12 février. Bernard Labat, Photo Thierry Dubuc

TDBU0504

 

Ils étaient nombreux (salle complète) au premier rendez-vous de l’année de notre PHARE JAZZ CLUB de CAPBRETON (Landes). L’association JAZZ PARTNER’S, hôte des lieux, avait choisi d’inviter pour la circonstance le « Marie Carrié Quartet ». Bien connus dans la grande région, Yann Penichou (guitare), Hervé Saint-Guirons (orgue hammond), Didier Ottaviani (batterie) et Marie Carrié (chant) sont arrivés à bon port, aprés un voyage perturbé par les intempéries. En quelques mots le président de l’association, Serge Mackowiak, dresse un bilan et annonce les projets pour cette nouvelle année, tout en remerciant nos partenaires institutionnels et privés ainsi que notre fidèle traiteur Michel, applaudissements. Dans la foulée, un petit jeu, permettant de faire gagner un exemplaire du nouvel album du trio Penichou, Saint-Guirons et Stéphano Lucchini, Up and Down, permet de finir les desserts et cafés. Le set peut commencer. Nos trois jammeurs démarrent sur une couleur brésilienne et Marie nous propose Maria da Mercedes du compositeur Djavan. Suit une intéressante adaptation du Pretty Eyes de l’emblématique pianiste hard boppeur Horace Silver. Le décor est planté, une navigation et un mix des répertoires brésiliens et jazz. Marie n’oublie pas de rendre hommage à la belle et talentueuse Peggy Lee avec I Love Being Here With You. Suivent deux adaptations des célébres Fast United Reason avec solo remarqué de Didier et Summertime des frères Gershwin. Les musiciens sont en place, Marie commande avec autorité les démarrages et laisse vagabonder sa douce voix.Yann et ses six cordes souligne et s’envole avec finesse et mélodie. Hervé et Didier groovent et relancent judicieusement.Le public attentif en redemande. Retour carioca avec Baden Powell Vou Deitar E Rolar et Joao Bosco avec une version très rythmée de Bala con Bala. Tout le monde apprécie. Billie Holiday ne sera pas oubliée. Marie explique que le prochain morceau Then There Eyes a été enregistré pour la première fois par Louis Armstrong et immortalisé par la Diva au Gardénia. Nos oreilles sont attentives et réceptives. Sans oublier un Sophistaced Lady, ellingtonien dans l’âme, pour lequel Yann nous distille une intro et un solo très intimiste. La soirée se poursuit jusqu’aux rappels. L’occasion d’entendre Marie et Yann en duo, formule qu’ils apprécient, et ça se sent bien. Une belle version de la ballade My Old Flame chantée également par Billie et jouée par nombre d’icônes (Charlie Parker, Miles Davis, Chet Baker…), remporte les faveurs des night-clubers du soir. Tout le monde se quitte sous des notes une nouvelle fois brésiliennes. Merci à Marie, Yann, Hervé et Didier pour cette belle soirée. Ce quartet bien en place respire la complicité. Leurs sourires et leur disponibilité restera un bon souvenir pour nous tous.