par Solange Lemoine, photos Philippe Marzat
vendredi 24 Mai 2019 au théâtre « La Comœdia » de Marmande

Le coquet Théâtre « La Comœdia » de Marmande accueille Eric Séva, en quintet, pour le tout premier concert officiel de son 5ème album fraîchement enregistré, « Mother of Pearl ». Ici même, en résidence en Mars dernier, « Mother of Pearl » avait commencé à voir le jour.

La première étincelle d’inspiration de « Mother of Pearl » a jailli lors de la réécoute de « Summit », un album enregistré en 1974 à Milan, réunissant Gerry Mulligan et Astor Piazzola. Eric a eu l’envie d’explorer, de déchiffrer et de réinterpréter les dialogues intimes entre le saxophone baryton et le bandonéon.

De l’envie à l’écriture, de l’écriture à la naissance… l’album (opus) « Mother of Pearl » se compose de 11 titres dont 10 compositions originales, ce soir interprétés brillamment par des musiciens d’exception.

L’accordéon envoûtant de Daniel Mille a remplacé le bandonéon. Les saxophones baryton et soprano d’Eric Séva tiennent parole, souvent en duo avec l’accordéon de Daniel et parfois en grande conversation avec le piano et le Rhodes d’Alfio Origlio, la contrebasse de Christophe Wallemme et la batterie et percussions de Zaza Desiderio…. et quelques autres petits instruments subtils, aux sons colorés et enchanteurs, dont seul Zaza connait le secret.

Sous la direction artistique de Sébastian Danchin, le projet « Mother of Pearl » (nacre), s’est métamorphosé en un délicat métissage harmonieux de sons, de rythmes et de mélodies hautes en couleurs, aussi raffiné et délicat à l’oreille que la nacre au toucher.

En première partie de concert,

© PM Eric Séva 2019-07420.jpg

Eric nous présente les jeunes talents du Conservatoire de Marmande qu’il a accompagnés en masterclass… Il aime partager, aller au contact des jeunes, transmettre, soutenir… et ça se sent à l’écoute de deux de ses compositions arrangées pour la circonstance, « Matin rouge » et « Cheecky monky ».

© PM Eric Séva 2019-07341.jpg

Chaque musicien livre le meilleur de lui-même, Eric est attentif et chaleureux, toujours dans la générosité du cœur.

Changement de plateau…

Eric arrive seul en scène, dans un silence religieux… un premier souffle discret, puis un second, jusqu’à l’avènement du premier son, souverain, grave et profond. Eric nous invite en terre inconnue sur un solo de sax baryton. Les quatre autres musiciens du quintet s’installent puis le tempo est donné par les baguettes de Zaza et chaque musicien entre dans la danse. Eric change de sax et comme par magie, chaque instrument prendra sa place sonore, jusqu’à la manifestation de l’unité.

© PM Eric Séva 2019-07551-2.jpg

Vient le temps d’émouvantes confidences entre l’accordéon de Daniel Mille et les deux saxophones d’Eric. Le public est de plus en plus présent, l’énergie se densifie sur la fulgurance des notes jouées au piano par Alfio et la vélocité de Zaza à la batterie et aux percussions si chantantes. Le cadre est tenu par Christophe à la contrebasse, avec précision, finesse et rondeur.

Ainsi les compositions se succèdent dans une diversité sonore ambitieuse… c’est un voyage sensuel au gré des musiques aux titres évocateurs de souvenirs personnels et de paysages variés.

© PM Eric Séva 2019-07517-2.jpg

Le temps suspend son vol à l’écoute de « Luz D’Eus » (site exceptionnel dans les Pyrénées Orientale, cher au cœur d’Eric). C’est un duo accordéon et sax soprano qui nous invite à frôler de très près Astor Piazzola, comme s’il était encore là, dans une danse presque amoureuse, sur notes de tango. Présence charnelle et délicieusement mélancolique.

Les morceaux qui suivent continuent de nous surprendre par une infinie variété rythmique. Ils nous donnent à apprécier le talent unique et singulier de chaque musicien. La salle est suspendue, le public est attentif et de plus en plus captivé, la tension monte, la température augmente. Les solos se succèdent et nous embarquent jusqu’au sommet.

© PM Eric Séva 2019-07468-2.jpg

Au sommet, nous y sommes justement, les yeux fermés. C’est le moment sacré d’écouter la reprise et relecture d’une compilation de « Summit » et « Close your eyes », deux morceaux issus de l’album mythique « Summit » (sommet) d’Astor Piazzola et Gerry Mulligan.

© PM Eric Séva 2019-07461-2.jpg

Bientôt la fin de ce merveilleux voyage au cœur du vivant, dans la nature et la diversité sonore, en Argentine, en Colombie, au Pays Basque…

Durant le temps de ce concert, « Mother of Pearl » (MOP pour les intimes) est devenue une amie, celle qui nous fait sourire, rêver, chanter, danser et pleurer aussi… une amie généreuse et précieuse qui nous aide à Vivre et qu’on n’a pas envie de quitter.

© PM Eric Séva 2019-2-2.jpg

Chapeau bas pour cette œuvre ciselée, dorée à chaud, interprétée de mains de maîtres ! Vous nous avez livré l’essence du précieux.

Lors du concert de sortie de résidence au Rocher de Palmer, le 19 avril dernier (cf. chronique de Philippe Desmond), la découverte du projet d’Eric Séva avait déjà suscité l’enthousiasme du public. Ce soir, à Marmande, c’est le même plaisir renouvelé sans faiblir d’un bémol, le public est conquis.

Il nous faudra hélas attendre l’automne prochain (sortie de l’album dans les bacs) pour nous procurer cette perle rare, nacrée de ses mille reflets…

Soyez patients !

 

Soutenez Action Jazz déclarée d’intérêt général par le Trésor Public 

Abattement de 66% sur les dons : https://actionjazz.fr/soutenez-le-jazz-en-aquitaine/

Carte AJ

© PM carte Action-Jazz