par Philippe Desmond, photos Philippe Marzat.

Article paru dans la Gazette Bleue #32 de janvier 2019 : Au moment où l’avenir des locales de FIP est des plus incertains il nous a semblé important de revenir sur cet article.

FIP à l’origine France Inter Paris mais qui depuis longtemps s’est émancipée au sein de Radio France a été créée en 1971 par Roland Dhordain, Jean Garretto et Pierre Codou. Quelques principes sont alors énoncés qui n’ont quasiment pas changé depuis !

Une programmation essentiellement musicale de qualité avec notamment pas mal de jazz. Combien d’entre nous ont une bonne partie de leur discothèque composée grâce à FIP ?

Une animation exclusivement féminine (les fameuses et mystérieuses Fipettes) pour des informations pratiques

La diffusion de quelques titres d’informations à « moins 10 » de chaque heure (avant les journaux des autres stations)

Des transitions musicales avec un élément de continuité qu’on est si heureux de trouver ou d’anticiper parfois !

Dès 1974 c’est près de 12 villes ou régions qui auront leur station, à Bordeaux c’était FIB, la bande son commune venant de Paris. En 1999 le plan bleu de Radio France redéploie les fréquences vers France Bleu et le Mouv’ et certaines locales de FIP disparaissent. A cette même époque FIP devient accessible sur le net…dans le monde entier. A cela s’ajoutent sept webradios thématiques dont « autour du jazz » bien sûr.

Au fil du temps des émissions ont été créées le Club Jazzafip bien entendu – qui a vu sa durée réduite – Live à FIP, Certains l’aiment FIP, Sous les jupes de FIP.

En décembre 2014 une rumeur démentie par Radio France prétend que le PDG Mathieu Gallet veut fermer les stations. Depuis une certaine incertitude règne quant à la survie des locales, Bordeaux-Arcachon, Nantes et Strasbourg. C’est pourtant un des atouts majeurs de la station que de parler de la vie culturelle locale, les concerts, les expos, les conférences, le théâtre… Essayez d’écouter FIP sur le net sans renseigner la case « choisir ma ville » vous allez vite vous apercevoir que vous n’êtes pas concerné par les annonces ou les places à gagner à 600 kilomètres de chez vous. Ainsi grâce aux locales de nombreux partenariats peuvent se créer avec la station, la signature FIP étant toujours gage de qualité.

FIP Bordeaux

Action Jazz est allé rendre visite à FIP Bordeaux devenue un de ses fidèles partenaires lors du tremplin annuel et désormais de Jazz à Caudéran.

Françoise Lagaillarde, ancienne animatrice et maintenant coordinatrice locale, très présente sur les événements locaux, nous en explique les rouages. Car derrière cette ambiance musicale soft, les annonces périodiques portées par ces voix suaves, se cache un énorme travail de préparation.

© PM Reportage FIP 2018-07558-2.jpg

La bande musicale on le sait est commune à toute la France et arrive de Paris. Elle est diffusée en direct mais composée à l’avance par chaque programmateur – et programmatrice, il y en a depuis peu – et envoyée deux semaines avant à chaque locale de façon à préparer les interventions en direct. Celles-ci ne peuvent se faire que sur les instrumentaux, voire les intros de chansons. Les sélections FIP du mois sont, elles, systématiquement annoncées ou désannoncées.

© PM Reportage FIP 2018-07631-2.jpg

Mais comment ces annonces arrivent-elles sur l’antenne ? Il y a d’abord les partenariats entre FIP et des organisateurs ou des salles comme par exemple l’Opéra de Bordeaux, Le Rocher… qui donnent lieu à des conventions, tant de places à faire gagner pour tant d’annonces. Ils sont prioritaires. S’ajoutent ensuite les annonces hors partenariat en fonction de leur intérêt perçu par la coordinatrice et son équipe. Les organisateurs font parvenir les informations, les dossiers de presse, mais parfois Françoise Lagaillarde va au devant d’événements qui lui semblent intéressants. Il faut ensuite classer tout cela dans un logiciel spécifique FIP et c’est alors que commence une savante cuisine pour intégrer ces annonces à la bande son et il n’y a pas de place pour tout le monde car il ne s’agit pas de surcharger l’antenne ; un travail de secrétariat, de classement très lourd.

© PM Reportage FIP 2018-07622-2.jpg

La mise en place se fait avant la session de chaque animatrice qui établit un conducteur à partir de la programmation et du choix des annonces à faire. Il faut à la fois trouver les moments possibles, la cohérence avec la musique ou un lien quelconque, difficile d’annoncer un festival de rock sur du Mozart. Chaque animatrice a aussi un classeur d’événements qu’elle peut annoncer librement si elle a de la place. Ce jour-là le dossier pesait près de deux kilos…

Pour chaque session des animatrices – de 7 h à 13 h et de 13 h à 19 h – celles-ci ont au moins une douzaine d’annonce à faire et deux jeux pour gagner des places ou des CD, plus les sélections du mois à commenter. C’est elles qui rédigent le texte, nécessitant des qualités d’esprit de synthèse tout en donnant envie, celui-ci devant durer de 30 à 40 secondes et qui en plus vous répondent au téléphone, l’immuable 05 56 24 13 13. Croyez-moi, pour les avoir vu travailler elles ne passent pas leur temps à écouter de la musique, toujours affairées devant leur ordinateur et un œil sur la pendule. Heureusement pour elles il est quand même loin le temps où elles passaient leur journée au téléphone à donner les références des titres, Internet est passé par là ainsi que les autoradios à écran. Vous avez aussi remarqué que FIP ne vous guide plus dans la circulation, c’est France Bleu qui en a l’exclusivité depuis une dizaine d’années.

© PM Reportage FIP 2018-07596-2.jpg

Ces animatrices ne sont pas recrutées au hasard comme vous vous en doutez, certes leur voix est importante mais elle doivent justifier au minimum du bac et avoir une culture musicale et artistique fournie. Elles sont testées ensuite avec des simulations d’antenne, devant rédiger des annonces à partir de dossiers de presse et les énoncer. C’est la direction parisienne qui se charge du recrutement. Elles sont six actuellement, quatre titulaires et deux intermittentes.Vous ne verrez pas ces Fipettes, gardons le mystère, mais sachez qu’elles sont aussi agréables à fréquenter qu’à entendre.

© PM Reportage FIP 2018-07585-2.jpg

Vous savez tout ou presque sur le fonctionnement de la locale de Bordeaux 96.7 qui arrose aussi Arcachon sur 96.5. L’avenir de cette locale est très incertain, soumis aux aléas des changements de direction nationale de Radio France, des Ministres de la Culture. Plusieurs fois dans le passé elle a été menacée réussissant à se maintenir grâce à la mobilisation des auditeurs et de certains pouvoirs publics. Pour l’instant la visibilité ne va pas au delà d’un an. Certes la bande musicale resterait inchangée mais le rôle fondamental d’aide à la culture régionale en prendrait un sacré coup si jamais quelqu’un appuie sur la seringue …

Merci mesdames de votre accueil et surtout de votre travail, on ne se lasse pas de vous écouter.

Gazette bleue n°32 – janvier 2019

Soutenez Action Jazz déclarée d’intérêt général par le Trésor Public 

Abattement de 66% sur les dons : https://actionjazz.fr/soutenez-le-jazz-en-aquitaine/

Carte AJ

© PM carte Action-Jazz