par Philippe Desmond

Le Thélonious, Bordeaux le 8 mai 2019.

Parmi les nombreuses racines du jazz, le blues n’est pas la moins importante. Mais il a continué à mener sa vie parallèle avec ses stars, ses soutiers, ses influences d’ailleurs, ses avant-gardes, tout en gardant cette forte personnalité qui le fait de suite identifier.

Pour ces deux soirs au Thélonious c’est un invité réputé dans le milieu qui est là, l’américain, de Floride puis « exilé » au Texas et à Chicago, Dave Herrero. Un Américain le jour du 8 mai à Bordeaux ça rappelle des souvenirs. C’est la quatrième fois qu’il vient à Bordeaux – dont il apprécie le vin me dira t-il. Initié jeune par son père il connaît les crus, me cite Château Latour, Château Margaux et m’avoue avoir bu du Haut-Brion cette fois ! Il a ainsi par le passé joué deux fois au Comptoir du Jazz et une pour le festival Relâche.

DSC05628.JPG

Il est en tournée en Europe pour deux semaines entouré justement de musiciens européens, c’est cher de se déplacer avec un band US. Un Espagnol Victor Puertas (piano, orgue , harmonica) et deux Français, le Toulousain Pascal Delmas aux baguettes et le Bordelais Mig Toquereau à la basse. Des valeurs plus que sûres dans le genre.

Le premier soir, veille de fête, le Thélonious était complet, aujourd’hui l’ambiance est plus feutrée, enfin façon de parler, certains se croyant chez eux ou au bar PMU du coin. On en reparlera. Il y a aussi pas mal de bluesmen locaux. Formation de blues électrique avec Dave en leader voix/guitare, une Stratocaster accusant les heures de vol et de gigs.

DSC05672

Ca va jouer tous les courants du genre, du roots bien lent et lourd au funk en passant par le rock et même le jazz nous annonce t-il, disons du swing. Moitié compos originales moitiés standards, Dave adorant les réarranger à sa sauce.

Sacré guitariste que Dave, style personnel, pas mal de slap, pas de médiator et une main droite aux doigts ouverts vive et insolite.

DSC05648

Beaucoup de nuances, des montées de tempo et d’intensité enfiévrées (ah ce que j’aime ça !) frôlant la transe, des breaks, tous les éléments sont réunis.

Victor Puertas passe de son orgue ,tellement indispensable au blues – avec la Leslie pas loin – au piano ou à l’harmonica. Très intéressant son jeu dynamique avec ce petit instrument.

Dans le rôle du bassiste impassible et néanmoins tellement efficace avec ses lignes de basse cycliques et envoûtantes Mig Toquereau. Ils ne doivent pas être nombreux à jouer de la guitare basse à sa manière, à la façon d’une contrebasse.

DSC05651.JPG

Pascal Delmas assure le beat, important au blues, certes moins complexe qu’en jazz mais qui nécessite précision et réactivité tant les changements de nuances demandés par Dave sont nombreux. Quelques chorus montreront qu’il a des chevaux sous le capot.

DSC05641.JPG

Une fois lancé le quartet est inarrêtable comme un van Chevrolet sur la Route 66, ça fait plus que ronronner, ça déboule souvent, un vrai plaisir partagé par tout le public.

DSC05645.JPG

Tout le public ? Et bien non, nous y voilà, un petit groupe de trois est assez bruyant et indifférent à la musique, Dave s’en est aperçu, il est visiblement lui aussi gêné. Et là on va voir ce que c’est qu’un pro, il s’écarte du micro s’avance devant la scène demande la modération à son band et en regardant d’un œil noir vers les malotrus se lance dans un blues très lent intégrant dans les paroles « Trouble must be your middle name ». Les impolis finissent par comprendre la manœuvre, comme nous nous avons compris avant eux, Dave se tournant vers nous avec un « I know you know » de connivence. Ils partiront discrètement sans qu’il n’ait élevé la voix, le morceau commencé sur des bases intimistes, genre « A Thrill is Gone » de BB King, s’emballant vers un climax. Magnifique leçon.

DSC05653.JPG

Un -autre- petit verre de whisky pour le leader avant un rappel blues funk et nous voilà déjà à la fin de ce concert qu’on aurait écouté toute la nuit.

Pourquoi avoir le blues est-il si triste et l’écouter aussi jouissif ? Mystère.

https://www.daveherrero.com/

 

Soutenez Action Jazz déclarée d’intérêt général par le Trésor Public 

Abattement de 66% sur les dons : https://actionjazz.fr/soutenez-le-jazz-en-aquitaine/

Carte AJ