Vendredi 28 juin
-19h
L’Orphéon MéléHouatts de l’Ecole Départementale de Musique (direction Jérémie Arnal et Boris Senon
Comme chaque année, l’Orphéon Méléhouatts ouvrira la soirée du vendredi à l’heure de l’apéro en apportant la fraîcheur de son répertoire éclectique. Composé d’un orchestre à vents et d’un combo électrique, cet orchestre constitue une version moderne de la fanfare de de village où se mélangent des élèves de l’Ecole Départementale de Musique et des musiciens amateurs du Sud-Charente. Cette année ,l’orchestre a eu le plaisir d’accueillir en masterclass le compositeur et tromboniste Fidel Fourneyron. Une partie du programme « Rumba Nena » créé sous sa direction sera présenté lors du festival. »

-21h
Paul Lay piano et Eric Lelann trompette (duo)
Début de soirée haut de gamme avec deux musiciens dont le dernier disque fut unanimement acclamé par la critique à l’automne dernier. Ils nous offriront leur lecture du répertoire que jouait Louis Armstrong dans les années 30 avec le brio qu’on leur connait. Chacun étant l’un des plus brillants jazzmen de sa génération, voilà un concert à ne pas manquer.
Géraud Portal 6tet Géraud Portal Contrebasse, César Poirier Sax alto, Boris Blanchet | Sax ténor, Quentin Ghomari Trompette, Jonathan Avishaï, Piano, LucioTomasi Batterie
Projet fou du contrebassiste Géraud Portal qui fait revivre la musique du grand Charles Mingus. Toute l’histoire du jazz habite la musique du maître : tradition et modernité, swing et ballades déchirantes, arrangements au cordeau et improvisations délirantes. L’enthousiasme sera au rendez-vous.

Samedi 29 juin
-14h
Conférence musicale : « Le Choro d’hier et d’aujourd’hui, du XIX siècle jusqu’à nos jours »
Rômulo Gonçalves, voix guitare et Frank Leblois, basson, de l’association le Choro des Charentes
Ce style musical brésilien dont les racines européennes, auxquelles se sont mélangées les influences africaines et amérindiennes, remonte à la fin du XIX° siècle. Née avant le samba, le Choro est une musique populaire, urbaine lumineuse, et solaire, de partage et de lien social, qui se pratique lors de « rodas ».
Avec la participation Veronica Birth Smith, violon (de la Roda de Choro de Bordeaux).
15h30
Mélusine (lauréat du tremplin Jazz Migration) Anthony Caillet Euphonium
Stan Delannoy Batterie et Percussion, Christophe Girard Accordéon et Composition
William Rollin Guitare électrique, Simon Tailleu Contrebasse
Bercés par l’héritage d’une culture classique et l’audace de l’improvisation, voilà cinq musiciens qui offrent une palette sonore allant du frémissement à l’orage le plus électrique. Associant l’accordéon et l’euphonium à un trio guitare/basse/batterie, voilà un quintette qui mêle sans complexe les musiques aventurières à des mélodies à découvrir.

« Hommage à Freddie Mercury
C’est l’année « QUEEN »!! Rétrospective, documentaires, comédies musicales 
et le film culte. Il faut également y ajouter le projet porté par des collèges et lycées d’Angoulême, de Poitiers et La Rochefoucauld, ainsi que le conservatoire 
de Poitiers : « Hommage à Freddy Mercury ».220 chanteurs, accompagnés par des musiciens issus du jazz et du rock de la scène poitevine.
Clavier : Alexandre Weppe et Marc Brochet ; Basse : Pascal Cavalerie
Batterie : Gerardo Gunst, Ismaël Banchereau ; Guitare : Tom Blaineau
-20h30
Big Band du Centre des Musiques Didier Lockwood direction Stéphane Guillaume et Claude Egéa
Depuis la 1ère édition, Respire Jazz Festival entretient un partenariat fertile avec le Centre des Musiques Didier Lockwood, première école de jazz en France et l’une des plus importantes d’Europe. Chaque année le centre envoie en Charente l’un de ses meilleurs orchestres et ce sera le tour cette fois de son big band pour nous faire revivre le répertoire de l’un des musiciens les plus influents de la scène jazz actuelle : Monsieur Herbie Hancock, auteur de certains thèmes qui comptent parmi les plus repris du jazz moderne au point de devenir de nouveaux « standards »

Anne Paceo Bright Shadows Anne Pacéo Batterie, Florent Mateo, et Ann Shirley Voix, Gauthier Toux Claviers, Pierre Perchaud Guitare et Christophe Panzani Saxophones
Primée à deux reprises par les Victoires du Jazz (2011 et 2016), cette batteuse sans frontières qui arpente le monde depuis son plus jeune âge a joué avec les plus grands noms du jazz avant de se concentrer sur ses projets personnels. S’y rencontrent les musiques de tous les horizons et, avec « Bright Shadows » (CD sorti en début d’année), se font jour ses influences les plus pop avec un entourage musical de haut niveau.

Dimanche 30 juin
-14h
Samuel Tessier quartet (lauréat du tremplin Action Jazz) Samuel Tessier Guitare, Clément Simon Piano, Tom Peyron Batterie, Gabriel Midon Basse
Originaire du Sud-Ouest, ce jeune guitariste talentueux s’est vite fait un nom sur la scène parisienne. Primé cette année au Tremplin Action Jazz du Rocher de Palmer à Bordeaux, Samuel Tessier et son quartet proposent une musique qui s’ancre dans la tradition du jazz tout en incorporant des influences de la scène new-yorkaise actuelle. Découverte !

W-Knobs David Fettmann – Saxophone alto et effets, Sébastien Maire – Basse électrique, Julien Jolly – Batterie
Se définissant comme un trio de jazz électrique, le groupe W-Knobs est pourtant la réunion de trois musiciens passionnés par les univers sonores pop, rock et électro qu’ils fusionnent dans des compositions personnelles et quelques reprises. Une musique loin de la tradition du jazz et qui ancre ses références dans le XXIème siècle.
-18h
Méta Méta Voix et Percussions, Stéphane Guillaume Saxophones et Flûte, Pierre de Bethmann Piano, Simon Tailleu Contrebasse , Michael Felberbaum Guitare, Karl Jannuska Batterie
Batteur et percussionniste de formation, Meta est un chanteur pas comme les autres. Installé à Paris depuis plus de 20 ans, il y a côtoyé la crème du jazz français (les frères Moutin, André Céccarelli, Nguyen Lê) et réunit aujourd’hui un orchestre de haute volée autour de lui. Gageons que ce sera une révélation pour beaucoup de spectateurs.

André Minvielle « Bo vélo de Babel » solo voix et percussions
Depuis plusieurs années, le festival se termine par un concert qui fait souvent référence aux musiques populaires. Ce sera encore le cas avec le spectacle solo d’André Minvielle, chanteur gascon en perpétuel voyage au pays du jazz. Jongleur de mots et de notes, voilà un vocaliste atypique à la personnalité affirmée dont le talent en étonnera plus d’un.