par Philippe Desmond.

La Belle Lurette, Saint-Macaire le dimanche 13 octobre 2019

Eve est une étudiante en journalisme à l’IJBA de Bordeaux, elle a choisi comme thème de mémoire « la culture en milieu rural » déjà une bonne nouvelle que la chose intéresse des jeunes. Quelqu’un de bien avisé lui a conseillé de se rapprocher du Collectif Caravan un des animateurs culturels du Sud Gironde et elle est ainsi présente en cette chaude après-midi d’octobre pour la jam mensuelle de la Belle Lurette. Pas de meilleure façon d’entrer dans son sujet que cet exercice d’application et si elle avait un doute il est parti.

La jam a investi la terrasse où le soleil tape encore fort, tant mieux pour Sylvain le patron du lieu, l’hydratation nécessaire du public va gonfler son chiffre d’affaire.

La jam c’est toujours le trio de Thomas Bercy qui l’anime,

DSC00699

avec ce soir autour du pianiste l’irremplaçable Jonathan Hédeline à la contrebasse (il sera le seul contrebassiste de la soirée) et Eric Perez à la batterie entre deux tournées de Leïla Martial.

DSC00698

Mais pour chaque jam il y a un ou deux invités, ce soir ce sont les voisins de la rive gauche, les Uzestois Bernard Lubat (piano, batterie, scat, aphorismes, mots valises…)  et Fabrice Viera (guitare, scat).

DSC00703

Et oui, plutôt que de se tailler des croupières, les deux écuries, le Collectif Caravan et la Cie Lubat, ont préféré collaborer ce qui est une très bonne nouvelle et pas vraiment une surprise, leur conception de la musique et de sa diffusion étant quasiment la même.

DSC00700

L’union fait la force paraît-il, souhaitons que cet adage se confirme une nouvelle fois. Aujourd’hui Eve ne pouvait donc pas mieux tomber !

Je cite le CC : « partageant avec nos chers voisins l’idée qu’il faut en finir avec le « travail en miettes » qui transforme chacun de nos métiers en chaîne de production standardisée, fabriquant des objets et des services sans saveurs ni originalité, et un monde glacial et désenchanté… nous sommes également convaincus qu’il y a un avenir à rouvrir, des amitiés à cultiver et beaucoup de cœur qui ne demande qu’à se mettre à l’ouvrage ». Beau programme que ce « mouvement oeuvrier »

DSC00706

Et bien on va être servi en cœur, originalité loin du glacial et du désenchantement. Sur un thème de Monk – au fait il y a un piano tout neuf à la Belle Lurette – voilà nos cinq compères qui démarrent en trombe, le scat caractéristique de Bernard Lubat arrive assez vite, suivi par celui très véloce de Fabrice Viera. Monk est parti loin mais le revoilà, « musique à vivre contre musique à vendre » nous rappelle Lubat, son refrain si éclairant. Il enchaîne sur sa biguine gascon-cubine « D’ici d’en bas » prétexte à des impros dans tous les sens pour le bonheur de la nombreuse assistance. Une folie maîtrisée, créative et revigorante.

DSC00708

Place à la jam avec pour une fois « Caravan » en intro plutôt qu’en conclusion. Lubat est passé du piano à la batterie, Ersoy Kazimov et ses doigts magiques sont là pour la touche orientale au darbouka, David Abeijon au violon et Thimoté Lantoine, le junior, à la trompette. Avec un tel rythme les caravanes ne mettraient pas beaucoup de temps à traverser le désert et pour des musiciens qui trouvent que notre rythme de vie est trop trépidant il y a ici une certaine contradiction ! Je charrie.

DSC00714

De nombreux musiciens sont venus se frotter à la fine équipe du jour et cela va nous donner une des jams les plus variées et échevelée que j’ai jamais vue ici, un vrai bonheur, du pur bœuf ! Certains standards sont repartis en boitant, les notes en vrac et doivent avoir du mal à se jouer ce matin.

DSC00716

Citons quelques musiciens, Gaëtan Larrue (accordéon), Laurent Robino (sax alto) , Grat Martinez (sax ténor), Philippe Gaubert (batterie) , Marylène Olivier (piano, chant) pour un magnifique « Swing low sweet chariot », le slameur Nikola Raghoonauth pour un « Afro Blue » revisité et de nombreux amateurs, la jam ici étant une vraie, ouverte à tous.

DSC00718

Eve a pu se rendre compte que quand des acteurs s’investissent, le milieu rural n’est pas ce désert culturel auquel certains le condamnent. Impatient de le lire ce mémoire !

DSC00719

Il est 19 heures,  la lumière du coucher de soleil est belle, la tête pleine de musique la route sinueuse du retour à moto va être encore meilleure.

 

Et n’oubliez pas bientôt le festival Jazz à Caudéran organisé par Action Jazz !

Affiche PROG-2019-compresse

Programme Collectif Caravan :

Thomas BERCY Trio invite Célia MARISSAL
Hommage à GERSHWIN
« Intemporel »