Par Philippe Desmond

Guinguette chez Alriq, Bordeaux le 10 septembre 2020.

Septembre s’écoule entre été indien et pandémie galopante, la Guinguette Alriq est toujours là pour nous proposer encore des moments de plaisir. Ce soir c’est jazz avec, comme les présente Cathy, « de vieux routiers » du lieu, déjà là à sa création, il y a trente ans déjà. D’ailleurs c’est aussi Alriq lui-même qui va les présenter, lui qui lors d’un gros coup de vent en août 1999 alors que Serge Balsamo, justement, jouait et qu’un arbre déraciné venait juste de tomber à côté de la scène avait déclamé : on continue, on tient le coup tout est encore possible !

Les vieux routiers ce sont donc Serge Balsamo (g) , Francis Bourrec (sax alto) et dans une moindre mesure Eric Pérez (bat). Jonathan Hédeline (basse) et Valentin Foulon-Balsamo (sax ténor) sont eux trop jeunes dixit Alriq.

Serge Balsamo voulait monter un petit big band mais ça c’était avant le covid, il a dû revoir ses ambitions à la baisse. On se contentera donc d’un quintet ! Ce qui est finalement une belle surprise m’attendant à le voir en trio dans un répertoire plus tranquille de celui qu’il va nous jouer ce soir.

Certes le concert commence en trio avec Jonathan et Eric aux balais avec le blues lent d’Horace Silver « Peace », Serge tenait à passer ce message.

Mais de suite un titre punchy arrive, une composition originale, « demi teinte » je crois. On passe à du jazz plus fusion comme le titre suivant « Israël ». Les guitaristes sont côté jardin, les sax côté cour (la Garonne ici), La batterie les arbitrant au milieu. Cette batterie aux mains d’Eric Pérez, quel régal. Il a une frappe sèche, précise, ciselée, la grosse caisse vive, une pulsation, moi j’adore.

Et donc Serge et le son chaud de sa Gibson 335 qui brode sur la mélodie, assure le soutien rythmique, donnant cette légèreté au quintet. A ses côtés Jonathan Hédeline sur sa belle Birdbasse (Article dans la Gazette Bleue : https://actionjazz.fr/gazette-bleue-n16-mai-2016/) nous montre qu’une basse est aussi une guitare en nous offrant des chorus très construits, ne se contentant pas de son rôle essentiel de soutien rythmique.

Les compositions de Serge Balsamo alternent avec celles d’Horace Silver et de Monk comme ce « Round Midnight » bien revisité ou le « Misterioso » bien musclé. Ce fan – et collègue – de Pat Martino, Wes Montgomery, John Scofield, Pat Metheny… ne va curieusement pas puiser dans leur répertoire.

L’association des deux sax, le ténor de Valentin et l’alto de Francis – quel plaisir de le revoir, il est tellement rare – fonctionne à merveille, dans les unissons et dans de belle joutes intergénérationnelles ici ! Le contraste avec la guitare est permanent et pourtant l’ensemble est d’une réelle cohérence musicale grâce aux arrangements de Serge Balsamo.

« Marché Oriental » une autre composition de Serge, ne peut que faire penser à Weather Report, Jonathan mettant du fuzz dans sa basse. Vivacité et groove à la fois, envolées de sax, rythmique impeccable, la guitare venant chanter sur tout cela.

Le trio revient pour un titre, « Soleil Levant », juste avant « Misterioso » et « Nica’s dream » d’Horace Silver puis un rappel friandise nous dit Serge avec « Solar » de Miles Davis

Voilà un nouveau beau projet qui ne demande qu’à jouer, comme tant d’autres et pourtant… Rêvons de jours meilleurs mais pas trop lointains. Et encore merci la Guinguette !

lien vers article dans Sud Ouest sur les 30 ans de la Guinguette Alriq : 

https://www.sudouest.fr/2020/09/11/chez-alriq-une-guinguette-magique-qui-a-trente-ans-7834890-10414.php?fbclid=IwAR2OpRiTnHljHMH7IFjDO_peq7-AN2W2qNJVdLorjO8AH8s1yIUhKtyi4Rk