01 avril 2020 – UNA NOCHE SIN TI, ROBERTO !!!

De Martine Omiécinski, photos PhD

Non, ce n’est pas un poisson d’avril ! Notre rendez-vous est annulé !!!!

Bon, après une phase de déception intense, je me console en me disant qu’il ne m’a pas trahi !!! Cette annulation ou plutôt ce report n’est pas de sa faute mais de celle de cette cochonnerie de Corona virus !!!

D’ailleurs nos amis très réactifs du Rocher de Palmer l’ont reprogrammé le 26/11/2020.

Vous avez compris, camarades jazzeux et amateurs de musiques du monde, qu’il s’agit de

Roberto Fonseca, un de mes « chouchous » !

DSC05678

Salle du Vigean 2017

Laissez-moi vous raconter notre histoire :

Elle débute à Marciac – où le bonheur n’est pas que dans le pré, il est aussi sous le chapiteau de Jazz In Marciac – en 2003. Lors d’une des inoubliables soirées, le mythique « Buena Vista Social Club » occupe la scène avec sa formation foisonnante et son jazz cubain. Le jeune (par rapport à la moyenne d’âge du groupe) pianiste au toucher précis, à la fois « groovy » et sensible capte mon oreille

Elle se poursuit en 2005 quand je le retrouve dans la formation d’Ibrahim Ferrer, plus affirmé, ses solos tantôt suaves, tantôt diaboliquement « latinos » séduisent le public.

En 2007, c’est la première « explosion », il est leader affirmé : il présente son disque « ZAMAZU » ou Cuba et l’Afrique résonnent et s’accordent avec une pincée de Brésil. Emotion, sensibilité et allégresse embarquent le public, le concert se termine par une ovation incroyable. J’ai longtemps fait la queue juste après pour acheter le disque tout de suite !!!!

C’est aussi la naissance de ma passion :

Pour le musicien : on retrouve dans sa façon de jouer la précision du piano classique étudié au conservatoire de La Havane, et le « groove » africano-latin (on dit à Cuba que la musique est née de la fusion des percussions africaines, de la guitare espagnole, des claves d’Amérique du sud et plus tard du piano venant de France – implantation des colons d’Haïti fin 18ème siècle à Santiago de Cuba).

Pour l’homme : son charisme est incontestable, son charme et son élégance aussi.

Solange, Philippe et Alain, je dois vous avouer que la première fois que j’ai vu votre expo sur les mains de musiciens, j’ai ressorti illico de ma mémoire visuelle la photo que j’avais imprimée mentalement des belles mains de Roberto !!!!! C’est sans doute pour cela que j’ai acheté la photo avec la main du pianiste……Mon inconscient, tu es décodé !!!

Bref j’ai écouté ZAMAZU en boucle, revoyant et ressentant chaque fois le concert de Marciac !!

En 2009, toujours à Marciac, on s’achemine vers la fin du festival, le public très chaud lui offre d’entrée une ovation…Roberto évoque Ibrahim Ferrer et Cachaito Lopez, mélange des morceaux de « Zamazu » et de son nouveau disque « Akokan » à la rythmique plus funky, ses musiciens rivalisent de brio sur des solos de rêve (Omar Gonzalez à la contrebasse, Javier Zalba au sax alto…) lui-même propose de longs soli, la séduction opère, le public bat la clave et jubile.

En octobre 2012 le regretté festival bordelais « Jazz à la Base » a programmé notre ami en première partie de Melody Gardot….Quelle belle idée, quelle élégance….

Quelques mots à ceux qui n’ont pas eu la chance de connaître ce festival : nous sommes dans la base sous-marine, face à une darse sur laquelle est posée la scène, donc on a l’impression que les musiciens « lévitent » sur l’eau, c’est magique !!

Roberto et Omar Gonzalez jouent de façon plus « percutante » ou est-ce le renvoi du son par l’eau ??, le précieux Javier Zalba nous emporte très loin avec sa flute, moments mémorables que conclue en beauté Melody Gardot ensuite.

En 2014, retour à Marciac pour une autre facette de Roberto. Il partage la scène avec la chanteuse malienne Fatoumata Diawara, on sait que Roberto est très sensible aux belles voix, depuis celle de sa mère Mercedès Cortes. Ici il explore avec Fatoumata , comme dans son album « Yo » ses racines africaines et leurs expressions exportées au nord et à l’ouest. Nouveaux instruments, nouveaux musiciens, nouvelles sonorités, le rythme funky prend parfois le pas…

Le public de Marciac est plus que jamais au rendez-vous, le thème « Bibisa » nous poursuivra longtemps…

En 2017 sous le chapiteau de Marciac : Roberto la « star » conscient d’avoir su tirer parti de ses racines musicales pour les projeter dans des expressions plus contemporaines, propose un « happening » ou interviennent sur scène Alberto Lescay un artiste cubain contemporain qui peint en live, Eric Truffaz,le trompettiste peut être un poil trop démonstratif pour être à la hauteur de ce spectacle vivant et Gilles Petterson dj et co-producteur des disques de Fonseca….

Dans ce maelstrom pluridisciplinaire, les réactions du public sont assez partagées (comme les miennes !) A trop vouloir faire, le risque est de se perdre…Même si la générosité du partage guidait son choix…..En fin de concert, il revient aux fondamentaux avec ses exceptionnels cuivres cubains, il était temps !!!!

En mai 2018, salle du Vigean à Eysines – Concert délocalisé de Musiques de nuit- revoir enfin Roberto dans une petite salle est un vrai bonheur. Il présente son nouveau disque ABUC (Cuba à l’envers) illustrant la richesse et la diversité de Cuba (lien vers la chronique du concert : https://actionjazz.fr/roberto-fonseca-trio-eysines/ )

Le lieu est plus propice à une communication intime et directe avec le public, je retrouve le Roberto sensible et généreux, interpellant des personnes du public qu’il connaît et avec qui il a envie de nous faire partager sa joie de les revoir

Son jeu avec son fidèle contrebassiste est époustouflant…Un grand moment

DSC05683

Salle du Vigean 2017

Bon, j’arrête là ! Si vous avez perçu quelque chose qui ressemble à une déclaration d’amour, vous avez sans doute raison !! Concernant le 01 avril, adieu ma dose de « Roberto en live », pour d’autres parmi vous aussi, rendez-vous reporté au 26 novembre 2020, patience et confiance !!!!. En attendant, écoutons ou ré écoutons les disques existants ainsi que Yesun son petit dernier (quelques extraits sur Youtube.

Discographie : Zamazu 2007 – Enja,

Akokan 2009 – Enja

YO 2012 – Montuno

At Home2015 Live à Marciac

Abuc 2016 -Impulse

Yesun 2019 – Montuno

Carte AJ